Filtrer par

Filet / piege pigeon

Trouvez le piege anti pigeon qui vous correspond

Cage, filet, pic anti pigeon ? Trouvez le piège adapté à votre situation !

Filet

C’est une des solutions les plus efficaces pour se protéger d’une colonisation de pigeons ramiers. Le filet permet de bloquer un espace, que ce soit en milieu fermé ou semi-ouvert. La taille des mailles est adaptée au gabarit de la palombe, l’empêchant ainsi de passer au travers. Toutefois, il convient de ne laisser aucun espace aux extrémités du filet anti pigeon et de bien le tendre pour éviter qu’un oiseau s’y emmêle.

Pic

Vous en avez déjà sûrement aperçus, notamment sur les rebords de toitures. Ce dispositif empêche tout oiseau de venir se poser. Ces petits « picots métalliques » sont discrets et faciles à poser, que ce soit sur les rebords de fenêtres, gouttières, balcons…

Ils empêchent les regroupements, la nidification, limitent les déjections et les nuisances sonores. 

Les pics sont souples et n’occasionnent pas de blessures si un oiseau essaye de se poser.

Cage

Ce type de piege a pigeon est très efficace et simple d’utilisation. Il n’y a rien à faire, si ce n’est de poser votre cage avec un appât à l’intérieur, et d’attendre qu’un oiseau se fasse piéger. Selon le modèle, vous pouvez piéger un seul ou plusieurs pigeons à la fois. Lorsque le volatile pénètre à l’intérieur, il ne peut plus en ressortir, il n’y a pas besoin de tendre le piège !

Pour optimiser vos chances, la cage avec un compartiment central est idéale. Vous pouvez placer un appelant au centre pour attirer les oiseaux. Le mieux est d’y placer un pigeon, ce qui attire ses congénères à entrer dans le piège. Sinon, vous pouvez y mettre du blé.

Le pigeon ramier, volatile classé ESOD

En grand nombre, la palombe peut être très envahissante et destructrice. On la retrouve partout, que ce soit dans les campagnes ou dans les villes. Cette espèce de pigeon fait partie de la catégorie 3 des ESOD, cela signifie que son cas est étudié chaque année dans chaque département. Il est donc probable que d’une année à l’autre, ce volatile ne fasse plus partie de cette liste. Renseignez-vous donc bien avant d’entreprendre des actions de chasse anti pigeon ou de piégeage.

Le reconnaître

Le pigeon ramier est facilement reconnaissable. Sa tête et le dessus de son corps sont de couleur gris/bleu, la queue est quant à elle noire. Il possède aussi deux taches blanches situées au niveau de ses épaules. La couleur de son bec est orange. 

Des dégâts conséquents…

A première vue, on pourrait dire que seuls les excréments posent problème, en salissant les villes et en augmentant le risque de chute des passants, qui peuvent glisser. Mais il existe bien d’autres problèmes, d’où la nécessité de recourir parfois à un dispositif anti pigeon.

Dégâts matériels

Comme nous le disions, les fientes salissent. Mais elles attaquent aussi les matériaux tels que la pierre ou le zinc, dû à son action corrosive. Les bâtiments se retrouvent donc impactés, engendrant fuites et infiltrations d’humidité.

En milieu agricole, la palombe cause d’importants dégâts sur les semis. 

L’installation des nids posent aussi problème, selon leur emplacement. Ils peuvent être fabriqués dans des endroits non adaptés, bouchant les tuyaux, gouttières, cheminées… Certains pigeons, plus imposants, arrivent à déplacer les tuiles des toits pour se frayer un passage dans les combles, afin d’y installer leur nid. Une cage a pigeon devient alors indispensable !

En grand nombre, la palombe engendre également des nuisances sonores et olfactives.

Risque sanitaire

Le pigeon ramier peut être dangereux lorsqu’il s’installe proche des industries alimentaires. En effet, s’il décide d’y élire domicile, le risque de contamination des aliments est très élevé. La fiente de ce volatile peut être porteuse de maladies aviaires ! Dans ce cas, la nécessité de les piéger ou de leur empêcher l’accès à certains lieux est primordiale, et peut facilement se faire à l’aide d’un filet anti pigeon et de pics.

Les nids aussi peuvent être porteurs de maladies, car des champignons, insectes ou parasites peuvent s’y développer.